NOIR ET BLANC

J’ai observé Alghero pendant l’hiver avec ses côtes effrangées et ses rochers noirs et blancs polis par le vent séculaire.

Le mistral vient de loin, il prend possession de la ville et la dépoussière dans des envolées de couleurs et d’images ; et toi, tu restes là, à la regarder sous la pluie, et dans une photo tu la fixes jusqu’à la fin des jours qui s’enfuient…

Le vent d’ouest est un étranger qui arrive avec les ondes ; il se fixe sur les plages et vient noircir leurs contours avec ses ombres diffuses…

Le mistral est d’un blanc presque transparent, il tisse sa toile… Le vent d’ouest, lui, est sombre et humide, avec ses nuages sales et sa pluie…

.

Bianco_e_Nero_Alghero_MAREGGIATA-IN-PASSEGGIATA
« 1 de 18 »